Qwant mensonges et trahison de son PDG Eric Léandri, le moteur abandonné depuis 2017, les envoies secrets des données de recherches des internautes a Microsoft...

 

Mise à jour du 16 Avril 2018 :  Depuis 2017, Qwant préconise une extension pour Google Chrome sans prévenir les internautes que toutes leurs recherches sur Qwant seront envoyé en parallèle a Google,  avec IP en entier, mots clé etc...

Qwant induit en erreur les internautes dans ses privacy en affirmant la sécurité de la plupart des navigateurs (cela laisse penser aux principaux), du moment que l'on voit le petit cadenas... Des milliards de requêtes sur Qwant ont été envoyées a Google depuis 2 ans... Qwant avait déjà trompé ses utilisateurs en 2013 et envoyé les données a Google directement cette fois (se reporter en bas de page).

 

 

 A Mesdames, Messieurs nos élus, Maires, Sénateurs, députés, membre du gouvernement, à nos concitoyens.

 

(rajout) : quelques lanceurs d'alertes n'ayant pas été écouté, je n'ai d'autre solution que de les aider et de rendre publique cette très longue expertise...

 

Nombre de spécialistes se penchent sur Qwant depuis ses débuts, nombre de médias se laissent séduire par les communiqués, dans un élan National qui unie toute la puissance publique. On y croit, on va y arriver !!!

 

D'autres, plus averti, tant en acteur du web Français ou quelques médias consciencieux,  examinant les éléments de communication, sont envahis par le doute. Le doute du sérieux, le doute de la réalité, le doute des chiffres. https://www.lalettrea.fr/entreprises_tech-et-telecoms/2019/03/28/qwant--la-nasse-des-accusations-se-resserre-autour-d-eric-leandri,108351093-evl . Pour tenter d’effacer ces doutes, Eric Léandri en rajoute encore et encore, il tombe dans la démesure et se perds dans la confusion, ne se rendant pas compte que comme un enfant pris au piège, ses attitudes et ses propos deviennent incohérents et surtout, révèlent le mensonge d'eux-même, vérité et contre-vérité dans les mêmes dialogues.

 

Alors, lorsque l'on a 23 ans de métier, que l'on a vu bien des sociétés se créer puis se défaire sur la toile, lorsque l'on a une expertise suffisante dans un domaine précis tel que les moteurs de recherches et que l'on voit son pays s'engager dans une « catastrophe », même si l'on va a contre courant d'un grand élan National, il convient au moins d'informer nos élus de ces évidences. D'autres experts l'on décelé, mais quand tout un pays se mobilise dans un espoir et besoin d'indépendance numérique, c'est difficile d'aller tirer la sonnette d'alarme et de montrer le feu qui gagne. On peut passer pour un faut dénonciateur, un fakeur, un jaloux, ternir son image. Je fais cet effort, il m'en coute, mais j'assume. Je pense être juste, honnête et sincère dans cette démarche, basée sur des faits concrets.

Après avoir soutenu Qwant a son démarrage en 2013, donner la chance et voir avec le temps, septique mais pourquoi pas, même avec des données de Bing, l'équation pouvais surprendre et trouver un angle nouveau pour réussir. Les années passant, on arrive aujourd'hui a un cumul de mensonges qui ne peuvent conduire qu'a une impasse. Il faut dénoncer au pays, qui s'est mobilisé tout entier autour de Qwant, qu'aujourd'hui sont PDG, Eric Léandri, trahis cette confiance.

 

L'ENVOIE DES DONNÉES DES VISITEURS EN SECRET A MICROSOFT PUBLICITE :

Un secret bien gardé pour Eric Léandri et quelques collaborateurs proche, mais l'un deux, Stéphane Erard , offusqué, a décidé de révéler l'affaire en lanceur d'alerte et a été licencié. Souhaitons-lui de gagner en appel et l'on peut le remercier. https://twitter.com/sterard_/status/1116051761469353984

Prenons cet exemple tout récent des données de visite des internautes envoyées en parallèle par Qwant a Microsoft publicité, sans que le public et élus soit informé. On ne va pas critiquer une nécessité technique, le sujet n'est pas là. Ce qui est reproché a Eric Léandri, c'est de ne pas l'avoir dit, d'avoir affirmé haut et fort a tous les médias, les autorité, les conférences et interview télévisé deux mensonges :

Mentir effrontément devant les caméras et les assemblées, pour une société et un dirigeant que la France entière a propulsé, c'est totalement indigne. Mais il y a pire ou tout autant...

 

 

LE MOTEUR POUR LES ENFANTS ET L'EDUCATION ABANDONNÉ DEPUIS 2017... LIENS PERIMES...

Comment ne pas qualifier d'ignoble en tant que parent lorsque l'on lis dans la presse ou que l'on écoute Eric Léandri en cette année 2019, en photo dans les écoles, soutenu par le ministère de l'éducation, les mairies, ou se faire prendre en photo avec une maitresse et des enfants, déclarer qu'il fait le maximum pour entretenir et faire évoluer Qwantjunior et sa partie éducation. Regardons de plus plus prêt, avec un œil d'expert en moteur de recherche...

 

Comme a sont habitude, Qwant communique autant que possible pour réfuter ce que nombreux constatent : qu'en est-il de l'indépendance de Qwant ? Voici un extrait de fin 2018 sur leur blog :

« Nous avons énormément investi dans la création de notre index et investissons de plus en plus. A l’heure où nous publions ces lignes, Qwant dispose dans ses serveurs de 20 milliards de pages Web indexées, et chaque jour nos crawlers passent sur plus d’un milliard de pages pour en ajouter, supprimer celles qui n’existent plus, ou mettre à jour toutes les informations qui les concernent. Qwant dispose à notre connaissance de la plus grande capacité d’indexation en Europe » ...https://blog.qwant.com/fr/indexation-du-web-ou-en-est-lindependance-de-qwant/ . 16 Novembre 2018.

 

 

Hors, depuis 2014, nous étudions de prêt Qwant, depuis d'autres soupçons de crawls qui pourraient n’être que « fictif », sans indexer les résultats, notamment sur notre annuaire Français https://www.annuairefrancais.fr  (injection de code dans nos pages pour les robots de Qwant que nous n'avons jamais retrouvé dans leur index web). Donc, nous suivons de près l'index de Qwant.

 

Nous l'avions déjà identifié, mais comme précisé par Qwant dans Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Qwant#Caractéristiques_et_controverse ), l'index 100% Qwant est dans l'onglet « éducation » de Qwantjunior Il faut faire une première requête, et dans la page de résultat, on clique sur l'onglet éducation, l’icône vertical a gauche de l'écran. Ici, vous avez le cœur du moteur Qwant, faites une nouvelle requête, c'est son vrai moteur. Vous pouvez aller directement a ce lien : https://www.qwantjunior.com/?q=rentrée%20scolaire&t=education Nous avons vu, erratiquement, cet index évoluer. Pardonnons les erreurs (grotesque) des débuts. Fin 2016 début 2017 il fut mis a jour, un peu plus proprement mais encore assez amateur avec énormément de répétitions. 4 ans de travail a des dizaines d'ingénieurs et 30 millions d'Euros, ce résultat prête a sourire pour des spécialistes, un peu moins quand la caisse des dépôts décide d'investir 18 millions supplémentaire, mais les artifices pour masquer la misère techniquement son nombreux, ne jetons pas la pierre a la CDC. L'index news fut créé fin 2014 mais il n'y a jamais eut d'index web avant 2016 selon les informations et le code source de Qwant transmis dans les pièces a conviction de l'affaire aux prud'hommes de l'employé licencié lanceur d'alerte.

 

Très nombreux sont ceux qui fait des recherches dans cet partie éducation, et continuent encore, en se rendant compte plus ou moins, ou pas, car il y a bien des résultats qui correspondent aux mots clés (heureusement) !

 Il y a bien des résultats, mais regardons-les vraiment de près... Par l'expertise de notre métier, nous avons remarqué cet index inchangé durant le reste de l'année 2017... Puis début 2018 toujours pareil, fin 2018 idem, 2019 rien n'a changé en 2 ans dans l'index web???... En parallèle, Eric Léandri ne cesse depuis 2 ans de clamer un travail gigantesque pour nos enfants, des technologies qui feraient presque peur a Google ; 2 milliards de pages par jour, un index tout neuf de 20 milliards de pages, de l'intelligence artificielle partout, qui ridiculise même celle du Ministère de l'Armée Française si l'on regarde cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=JiEvCD7gKsA , des « preuves » de l'index gigantesque de Qwant avec des photos, des graphiques d'IA...  (répétition de lien : https://blog.qwant.com/fr/indexation-du-web-ou-en-est-lindependance-de-qwant/ )

Depuis 2018 les annonces tonitruantes sur le développement réussie du moteur Qwant sont quotidiennes, sur tous les plateaux télé, dans toute la presse !

 

En réalité, lorsque l'on tape MACRON dans Qwantjunior éducation ( https://www.qwantjunior.com/?q=macron&t=education ) , il n'y a que ce vieil index de 2017, « Macron a toutes les chance d’être élu », « macron un candidat aux présidentielles »... Si l'on a le malheur de cliquer sur le premier lien, la page n'existe même plus, on est renvoyé a l’accueil site consulté ! Le deuxième lien peut-être ? Non plus, retour a l’accueil... Le 3eme lien ? Pareil, la page n'existe plus. Ou est la promesse de mise a jour quotidienne, des retraits des pages introuvables ?

La preuve, c'est un mensonge, encore et encore...

 

 Examinons d'autres requêtes (ci-dessous), tout est pareil, vieux de 2 ans, des liens périmés. On va tester l'intelligence artificielle  de Qwant avec de simple synonymes, toubib, se soigner … rien de linguistique même simpliste dans les résultats, nous avons que du full texte, pas d'interprétation de la requête, aucune intelligence artificielle, du mot a mot... Pas même une appréciation entre le pluriel et le singulier (mais franchement, on rêve), aucune simple lemmatisation la plus basique, rien de tout cela. N'importe quel laboratoire du langage naturel ou spécialiste de la sémantique vous dira que c'est … inadmissible, intolérable. Exemple :

Testons une faute de frappe, pas de correction orthographique pour nos enfants … mais de la pub pour les parents fonctionnaires qui ont Qwant désormais par défaut sur leur poste de travail...

 

Mais cela n’empêche pas une seconde le « bonimenteur » d'aller soutenir dans une école que tout est fait pour maintenir Qwantjunior, « une référence », et de se faire prendre en photo avec les enfants, en ce mois de février 2019 a Epinal et ailleurs ; quelques liens :

https://www.vosgesmatin.fr/edition-d-epinal/2019/01/16/le-moteur-de-recherche-europeen-qwant-compte-sur-les-vosges-pour-decoller

 

https://www.petitbleu.fr/2019/04/09/semaine-du-numerique-fake-news-en-debat-demain-salle-des-illustres,8119917.php

 

Autant d'élus et d' enseignants trompés...Stop, un peu de décence et de sérieux, ce n'est pourtant pas grand chose que de relancer la mise a jour, en une nuit c'est fait. Vraiment, se moquer du monde a ce point, c'est immoral. Tapez quelques requêtes ;

 

Nous avons fait un constat d'huissier avec copie d'écran pour fixer cela, probablement dans la nuit, l'index sera rafraichi, mais c'est une honte. Voilà pourquoi nous intervenons.

 

Le président Macron a mouillé sa chemise, et s'est vraiment donné a fond sur la confiance, même sur le nom du Président, le patron de Qwant ne fait aucun effort depuis 2 ans,  pas même la décence ou même la lucidité de cliquer sur mise a jour de l'index. Mais il crie et écrit pourtant partout qu'il fait bien cette mise à jour, montre des graphiques etc. La nation s'est engagé dans ce projet, le sénat, le gouvernement, les mairies, les CCI, l'assemblée Nationale, toutes les administrations, et quelques internautes de leur initiative. Aucun respect de cet effort, aucune conscience et sérieux professionnel. C'est exposer la France au ridicule aux yeux des autres experts mondiaux des moteurs de recherche, Chinois notamment, car un tel « amateurisme » nous ridiculise assurément et amuse Google en expertisant cet index innommable. Eric Léandri ayant eut le culot d'aller vendre sa « poubelle » en 2018 en Chine avec la délégation Française. C'est péjoratif mais franchement arrêtons là le massacre, j'ai honte pour mon pays.

 

Ce n'est pas tout. Car dans le « grand moteur », c'est la même chose. Tapez dans Qwant.com « MACRON » (https://www.qwant.com/?q=macron&t=web ) , le vieil index de 2017 s'affiche... on en croit pas ses yeux... tapez motogp https://www.qwant.com/?q=motogp&t=web , idem, tout est de 2017 a part la publicité Microsoft, les textes sont mal décodées de surcroit :

 MotoGP

motogp.com

MotoGP™ Gran Premio Movistar de Aragón 22 Sep - 24 Sep Gran Premio Movistar de Aragón 22 Sep - 24 Sep 00 ºC Air Temp 00 ºC Ground Temp Top …)

C'est illisible … et  ce, dès le 1er résultat... Aucun résultat de 2018, ni de 2019... La aussi, un constat d'huissier fixe cette triste réalité. Demain, Eric Léandri va masquer la misère, remplacer par du Bing ou une page statique arrangé pour l'occasion,  mais la confiance est perdue depuis longtemps.

 

Le « bonimenteur » sait user des mots pour faire des pirouettes, esquiver, et surtout endormir son auditoire ou le mettre dans la confusion, créer l'incertitude. « Il n'y a presque plus de Bing aboie-t-il sans relâche », presque.. que signifie précisément ce presque ? « je complète si vraiment j'ai pas dans mon index , et encore, ce ne sont plus que les images que j’achète a Bing, mais ça y est, j'ai les images, c'est dans les tuyaux »... Déjà en 2016, c'était ce langage trouble, cela prête a sourire lorsque l'on regarde des videos de 2016... https://www.youtube.com/watch?v=IC2eS4Fw0wY a 02:30, « on ne revendra pas votre recherche », c'est un concept difficile a retenir si l'on envoie en parallèle des informations sur les recherches des internautes avec leur mots clés a Microsoft publicité … et que les visiteurs cliquent (souvent par mégarde) sur des publicité a peines différenciées des résultats naturel, c'est bien une question d'argent, et d'enchainer d' « avoir des résultats très proche de GG ».

 

Si l'on s'en tient a ce qui a été mis en ligne en 2017, l'index réel de Qwant toujours visible, le PGD Eric Léandri noie à chaque fois le poisson l'orsque l'on arrive à la question du pourcentage de Bing dans les résultats de Qwant. « je vais vous répondre a cette question juste après » dit-il au présentateur télé, puis passant du coq a l'âne, il fini par échapper a la réponse, ou alors le plus souvent « on complète les résultats quand c'est nécessaire ... ». Oui mais bon, ça ne répond pas du-tout à la question !

 

Pour Eric Léandri, Compléter avec Bing, çà veut dire quoi précisément ? Ajouter dans la page ? C'est interdit par Microsoft depuis 2013 dans le contrat API, nous reviendrons sur ces points de légalité. Restons concentré sur « compléter », cela signifie que ; soit les internautes ont des pages INDEX QWANT soit des pages Bing. Mais quand on consulte des pages 100% Qwant, tous les résultats sont de 2017 et les liens sont soit périmés, les textes mal décodé, soit répétitifs, en résumé inexploitables industriellement... ! Ce sont des résultats d'amateur, a la porté de construction par un élève de 1ere année informatique ...

 

Alors, le vrai moteur de Qwant c'est juste ça??? Après 6 ans « d’ingénierie », 160 personnes dont 140 ingénieurs, près de 60 millions d'euros auquel ont doit rajouter 10 millions de perte en 2017 et surement beaucoup plus de déficit encore sur 2018, peut être 20 millions de pertes au total ? C'est une « nullité » pareille que le PDG a fait durant toutes ces années ? Et mentir autant ? Il faut retomber sur terre et arrêter de faire croire aux mirages Monsieur Léandri ! Au lieu de concentrer toute l'ingénierie de Qwant sur la construction d'un moteur, on s'emploie a le transformer « en sapin de noël », du Qwant Music, Qwant paye, Qwant médic, Qwant recherche, Qwant ci Qwant ça … pour épater la galerie, voilà ou est la stratégie d'Eric Léandri au lieu de mettre tous ses efforts a faire un moteur simple et progressivement meilleur. Pire, il l'abandonne, depuis 2 ans ... en déclarant l'inverse a qui veut entendre, partout, tout le temps.

 

Mais ou est passé l'argent ? Mis a part des salaires mirobolant pour certains, des bureaux a grand frais dans les 4 coins de France, en Italie, Allemagne ou il n'y a presque aucun visiteurs, lorsque professionnellement on regarde votre index Monsieur Léandri, on se demande a quoi ont servi tous ces capitaux. A grand frais de présences dans les conférences partout en Europe, l'argent coule a flot pour la communication très intense chez Qwant, le lobbying... Mais le concret, visible et palpable par les internautes Français, quel est-il vraiment au bout du compte ? Il y a des moteurs bien plus riche en données, en ligne actuellement, réalisé et maintenu a jour, réalisé par une ou deux personnes, dans des laboratoires ou en entreprise, avec quasiment aucun investissement. Même si les politiques sont souvent en dehors des technologies numériques, il suffit de constater que, ce que laisse « pourrir »  Qwant depuis 2 ans ne vaut pas un clou ! C'est devant nos yeux, constaté !

 

Un autre sujet aggravant est soulevé. Si quasiment personne n'a créé de moteur de recherche avec les données de Microsoft, c'est qu'il n'y a pas possibilité de le rentabiliser, les conditions générales d'utilisation des données de Bing en 2013 via l'API sont extrêmement contraignantes et limitatives :https://docs.microsoft.com/fr-fr/azure/cognitive-services/bing-web-search/use-display-requirements#bing-spell-check-and-bing-autosuggest-api-restrictions

 

Eric Léandri ayant déclaré qu'il n'y avait pas eut de contrat particulier avec Microsoft Azure EN 2011-2013, tout ce qu'a fait Qwant depuis un éventuel contrat serait illicite hormis le stockage dont ont reste incertain.

Mais depuis 2013, l'ordre des résultats est modifié par rapport a ceux de l'API (nous avons aussi cet API en test sur un des moteurs), la publicité Amazon ajouté sur Qwant a fait grincer des dents plus d'un Français. La mention Bing est absente des résultats, l'ordre a été changé par, on le suppose, un traitement sémantique « basique »donc un calcul non autorisé sans contrat libératoire... Esquivant la réponse, publiquement, on demande a nouveau a Eric Léandri si en 2013, QWANT a eut un contrat signé spécifique avec Microsoft lui autorisant de passer outre toutes ces règles. La suspicion est légitime quand on s’efforce de ne pas répondre avec précision et preuve a l'appuie sur ce contrat (si il existe).

 

Et cette suspicion répond a une inquiétude grandissante : La France entière pousse-t-elle un moteur de recherche qui pourrait être a la base illicite sur des conditions de vente avec Microsoft? Les investisseurs ont-ils mis de l'argent sur un concept qu'Eric Léandri savait lui, illégal sur ces CGU? Je crois que c'est assez sérieux pour que son PDG nous prouve que tout est parfaitement légal et respectueux des contrats avec les tiers. Si ce n'est pas le cas, en dehors de l'aspect judiciaire entre Microsoft et Qwant, c'est l'aspect moral qui serait choquant, par l'engagement et le soutient de la nation. Ça l'est déjà de toute façon avec cet abandon depuis 2017 de l'index de Qwant et la transmission des recherches des utilisateurs dénoncé au début ...

 

Un autre point sur l'aspect légal, « le complément des données » de Bing. Le spécialiste se doit de décortiquer jusque dans son moindre détail cet élément ; d'ou viennent les résultats que l'on ne retrouve pas dans l'API de Bing, mélangé avec des résultats strictement identique a l'API , puisque « mélanger n'est pas autorisé » ?...

 

Ce sont ;  soit des résultats de l'index de Qwant ajoutés ou mélangés (donc irrespectueux des CGU de l'API BING), soit des résultats que l'on peu supposer venir d'anciens résultats de l'API et stockés pour êtres resservis. Dans ce cas, il faut comprendre que l'on serait en situation de fraude vis a vis de Microsoft, je ne dis pas que c'est le cas, mais le point est suffisamment sérieux pour que l'on s'en préoccupe. Car avec la quantité de mensonges cumulés, l’effronté discours technico-futuriste numérique d'intelligence artificielle, le « bonimenteur » ne s'en tirera pas par quelques pirouettes verbales. Ce n'est pas parce que Qwant a acheté un calculateur puissant qu'il loue a diverses société et organismes de recherche, qu'il doit s’approprier pour son compte ce que ces sociétés ou organismes scientifique ont inventé en intelligence artificielle. C'est une location, c'est tout, ce ne sont pas les inventions de Qwant comme semble l'exposer Eric Léandri lors de conférences. La seule intelligence artificielle, dans son moteur, est démontrée inexistante... Souhaitons que les intéressés, les investisseurs publics et privés mettrons les moyens pour aller enquêter en profondeur sur cette triste aventure.

 

Le moteur est laissé a l'abandon, mais pas les sociétés périphériques d'Eric Léandri, qui fleurissent comme au printemps ; près de 15 sociétés périphériques dont 4 holding, toutes appartenant a Eric Léandri. De ces holding, au capital de 1000€ au départ, l'on voit certaines dont une SASU (Société par action simplifié unipersonnelle) voir leur capital passer de 1000 a 2 et même 7 millions d'euros...

 

Comment une société comme Qwant peut-elle être autant endettée et que sont PDG Eric Léandri passe 2 de ses  holdings SAS et SASU de 1000€ de capital a 10 millions € ? (autant que la dette de Qwant en 2017).

Il faut plus d'intelligence artificielle pour gérer les mouvements d'argent entres toutes les sociétés d'Eric Léandri que pour le moteur de recherche pour nos enfants... Comment peut-on créer autant de holding et de sociétés parallèles pour une petite Start-up de 160 salariés qui se lance ?

 

Pour rester objectif, il faut s'en tenir au faits. Nous avons dans les faits reprochés ;

Des médias ont été informé au préalable afin qu'eux aussi puissent confirmer ces faits avant qu'ils soient masqués ou modifiés suite a la présente.

 

ET LE MOTEUR EUROPEEN ?

Dans un interview du site très connu et primé par les professionnels du web, Abondance.com maintenu par Olivier Andrieu, élu plusieurs fois par ces professionnels du web comme meilleur référenceur de France, j'ai déclaré dans cet interview : « il impossible de concurrencer Google frontalement » https://www.reacteur.com/2014/11/marc-longo-il-est-aujourdhui-impossible-de-creer-un-moteur-de-recherche-capable-de-concurrencer-google-de-facon-frontale.html . Microsoft a investi 5 milliards de dollars sur Bing, avec sa toute puissance d’ingénierie informatique et a échoué. Microsoft a failli jeter l'éponge, mais l'investissement et la vente de données ont maintenu le moteur. Il a l'avantage d’être par défaut installé sur des milliards d'ordinateurs vendus dans le monde et de bénéficier ce cette longue expérience d’ingénierie. Pour arriver a concurrencer Bing, il faut mettre des moyens considérable. Alors Google, c'est 10 fois plus au bas mot.

 

Yandex (https://fr.wikipedia.org/wiki/Yandex) , le moteur de recherche Russe, a été créé en 1997, avant Google. Le Russe est une langue spécifique que Google a eut du mal a maitriser a ses débuts, Yandex a donc profité d'une avance considérable et a su progresser suffisamment pour que Google soit en difficulté de le rattraper. Le patriotisme a aussi eut sont effet comme dans certains autres pays et autres moteurs « nationalistes » (la Chine, Corée du Sud...). L’Europe est très différente.

 

Commencer une compétition avec 22 ans de retard, ne serait-ce qu'avec Yandex, avec la complexité de , non pas d'une seule langue, mais plus de 20 langues très hétéroclites. allant du Français au Roumain, du Grec au Suédois, de l'allemand au Bulgare, ou de lituanien à l'Irlandais etc... C'est nettement plus compliqué. Pour preuve, personne n'y arrive, ni Yandex, Baidu, Bing … Seul Google arrive a gérer cette difficulté et s'impose par la force des choses ...

 

Depuis 25 ans, le web a évolué de manière considérable, les chiffres techniques sont abyssaux ; 30 000 milliards de pages indexées par Google et autres joyeuseté statistique démesurée. Dans chaque pays, existe des centaines de milliers de personnes qui s'emploient a tenter de gagner de l'argent avec internet, sur chacun des pays. Souvent des particuliers qui passent parfois au stade d'auto-entrepreneurs et crées plusieurs sites, 5 , 10, 100, 500 … afin de multiplier les chances de clics sur des publicités et donc les gains, notamment avec la régie Google Adsense ouverte a quasiment tout le monde, donne « presque une chance a chacun ». On appelle cela des « fermes adsense ». Certains le font au stade quasi industriel, par milliers de sites, parfois avec des copies de sites étranger traduits automatiquement en Français. Les étrangers font aussi cela, et traduisent ces mêmes données dans toutes les langues, y compris le Français. C'est le chaos mondial. A cela il faut rajouter tous les sites, de particuliers, blog, sites marchands, institutionnels...

 

Il ya a pire, les sites pornographiques … c'est la même cacophonie dans le monde, multiplié par 10 ou 100. En réalité, ce n'est qu'une estimation, mais dans nos tests, 80% du web est a jeter a la poubelle.

 

Seul Google a la puissance financière et matérielle de ramasser cet immense « dépotoir », et d'en faire un tris méticuleux. C'est comme un continent dépotoirs de réveils mécanique : Google les prends 1 par 1, examine l'état de l'aiguille, de chaque engrenage, chaque petite pièces, plus de 200 critères par pages web (https://recreation-digitale.com/200-criteres-referencement-google/ ). Cela sur des dizaines de milliards de pages, puis recalculer sur tout le site ou des parties de site, comparer entres elles des dizaines de milliers de milliards de pages X 200 élément par pages... Rendez-vous compte, même a l'échelle Européenne, personne n'y arrive a part Google. Faire un index moto a mot, comme le fait Eric Léandri avec Qwant, ne permettra jamais de distinguer le grain de l'ivraie... Sans parler du volume gigantesque.

 

Yahoo a été à une époque puissamment présent,  a finalement abandonné son propre moteur. Ils ont tenté d'utiliser les capacités de Microsoft, mais n'ont pas réussi a rentabiliser ni même équilibrer.

 

Alors lorsqu'Eric Léandri, en 2014, déclare qu'il a assez de financement pour faire le moteur Européen avec les 6 millions d'Euros, ont prend conscience que le personnage ne connait rien aux moteurs de recherche. C'est une évidence ! Mais l'envie, le besoin National et Européen masquent cette évidence. Lui-même n'a pas mesuré l'ampleur de la tâche, et pressé par l'opinion qu'il a su au départ motiver, c'est la fuite en avant en laissant croire que c'est arrivé, le Google Français existe bel et bien. En 2014 il avait suffisamment de moyens … mais demande en 2015,  24 millions d'aide de la BEI qu'il obtient. Le moteur Qwant est installé sur des millions d'ordinateurs dans nos administrations,  les chiffres montent a la tête, des millions de visiteurs. Mais ce n'est pas le but, le but est de créer un moteur autonome et pas d'afficher du Bing Microsoft et des affiliations Amazon... Il semble qu'annoncer crawler l'Europe calme les esprits, tout en sachant que derrière, il n'y a rien pour traiter cette montagne de données, faire le tris... faire tous ces lourds traitements. Car plus on rajoute de volume de crawl, plus c'est difficile.

 

On peu imager avec un restaurant haut de gamme (GG) ;

 

Pour couvrir cette impuissance car il n'est pas du métier, Eric Léandri n'a que l'apparence, car la tâche bien sur est trop gigantesque, alors ont met le maximum sur la communication, le lobbying,, des bureaux partout, on emploie a tour de bras, et on présente tout cela comme une réussite. Mais les caisses sont vides, les factures de Microsoft ou les salaires sont difficiles a payer, et l'on construit on joli dossier aux politiques, avec l'accent porté sur l'indépendance numérique et la sécurité des données personnelles, la corde sensible.

 

Selon le lanceur d'alerte ex employé, la situation financière catastrophique nécessite l'aide d'employés pour régler les factures microsoft qui aurait coupé les vivres en 2016, cela reste a vérifier. Mais la situation financière reste désastreuse, Qwant sera sauvé de la faillite par l'arrivé au capital de la Caisse des dépôts et consignation qui injecte 18 millions d'euros.

Cette fois, c'est gagné selon Eric Léandri sur les plateaux télé, le trafic explose. Mais nous, on se moque du trafic (artificiel et imposé), on s’intéresse au moteur, ou en est-on ? Evidement a des prototypes, des caches misères, des déclarations confuses, ambiguës, pour laisser croire que tout est fait, il n'y a plus de Bing, a part pour les images... Il faut relire les communiqués, les déclarations télé année par année, et l'on est impressionné par cette constance que c'est bon, Qwant est LE moteur Européen.

 

De 2014, avec 6 millions supplémentaires d'Axel Springer , il n'y avait pas besoin d'investissement supplémentaires selon Eric Léandri sur BFMTV https://www.dailymotion.com/video/x2dicef  a 06:50 ; «aujourd'hui nous sommes très bien financés » ! Mais l'on arrive fin 2017 a une facture de 60 millions d'Euros, un déficit 2018 qui s'annonce nettement supérieur a celui de 2017, 10 millions d'Euros de perte... Quel sera le total des investissements engloutis avec la dette en 2018? 60, 70, 80 millions?

 

Et en ce début d'Avril 2019 : il faut désormais 100 millions d'Euros supplémentaires a Eric Léandri pour faire son moteur européen ?( http://www.editionmultimedia.fr/2019/04/08/tout-en-justifiant-son-soutien-a-la-directive-copyright-qwant-prepare-une-grosse-levee-de-fonds-et-vise-la-bourse/ ) Comment peut-on passer de 6 millions suffisant a 160 ou presque 200 millions nécessaire ? Le moteur Européen existe ou il n'existe pas ? Tout gestionnaire et investisseur comprend vite que celui qui annonce qu'il a suffisamment avec 6 et vous entraine a 200 en disant qu'il s'est trompé avant, cela n'a rien de sérieux. Car pour créer un moteur Européen comparable a Google, ou même Yandex, avec 20 ans de retard,  même avec une équipe limité de 4 a 500 ingénieurs, et près d'un milliard d'Euros sur la table, c'est tout juste suffisant. Et il faut du temps.

 

Il y a donc le risque quasi évident de mettre le pied dans un gouffre sans fin, et d'être dépendant a la fois, d'acheter des données couteuses a Microsoft et de dépendre de sa régie publicitaire pour limiter les pertes financières. Il serait presque plus raisonnable de maintenir en l'état l'utilisation des données Bing en protégeant les données personnelles seulement, ce qui nécessite moins de 10 personnes et une structure légère. Maintenir aussi « a jour » l'index pour les enfants et travailler peu a peu sur des améliorations. En parallèle, il y a des idées en France, innovantes comme celle de Xelopix (racheté par Qwant mais l'équipe de 30 ingénieur d'Epinal s'est réduit a 9) ou d'autres, il faut savoir modestement soutenir des projets et en tester la validité auprès du public.

 

Car après 23 ans de métier sur Internet, mon expérience me dit qu le seul juge final, c'est l'internaute. Un site qui ne progresse pas tout seul, c'est qu'il ne plait pas. Il faut donc travailler encore jusqu'à obtenir cet effet. Si la courbe naturelle progresse d'elle même, sans renfort de publicité ni d'actions parasites, le projet est bon, on peut y aller, investir progressivement. Sinon, il vaut mieux travailler encore dessus, peaufiner. Il y a  peu de secteurs ou des gros moyens sont nécessaires au démarrage. Pour un moteur, il aurait fallu travailler sur le cœur du moteur, sans Bing, rassembler les innovations, les bonnes idées pour faire un bon prototype , suffisamment élaboré puis monter en puissance. Et ne pas vouloir rattraper un TVG lancé a pleine allure avec des baskets …

Pour Eric Léandri, il a pensé simplement que tout réunir sur une seule page suffisait (du bing web et actu, de l'Amazon, du twitter). Oui mais non, ce n'est pas autorisé par l'API.. Déjà ...

 

Il y a des talents en France, des innovations, un besoin réel d'indépendance, en France et en Europe, un vrai marché. Mais le chemin qu'a pris Eric Léandri, son manque de discernement qui entraine toute la Nation, est en l'état un mirage qui cache la désolation et il faut le dénoncer, ou l'expliquer. Quand c'est trompeur, quand c'est minable, quand c'est mensonger, a un moment, il faut poser le problème aux élus qui se sont investis. Et c'est a eux de prendre les décisions avec les actionnaires, en toute objectivité, mon avis ne compte pas, seul les faits comptent.

 

Mesdames Messieurs les députés et sénateurs, et aux membres du gouvernement Français, j'espère que la présente aura son utilité pour l'avenir du numérique en France et l'aide que vous pourrez continuer d'apporter aux start-up Française malgré cette épine isolée...

 

Marc Longo , 12 Avril 2019

 

constat d'huissier réalisé en date du 09 Avril 2019 :

http://www.annuairefrancais.fr/constat_qwant_09_04_2019.pdf

 

version de cette lettre en pdf :

http://www.annuairefrancais.fr/lettre_constat_qwant.pdf

 

 

Mise à jour du 16 Avril 2014 :

 

Nous avons passé notre moteur sur un site d'archive, afin de vérifier l'historique des relations de Qwant avec  Google, car nous savions déjà en 2013 que Qwant mentait aux internautes sur la sécurité des données personnelles, en ayant sur ses pages … le code de Google analytics ! Cela prêtait a sourire à l'époque, l'oeuvre d'un amateur avec des pages fouillis et imbuvable, mais la situation actuelle devenue sérieuse nécessite de faire une investigation sur les 6 ans écoulés...

 

Olivier Duffez de webrankinfo, parmi les plus réputé expert SEO comme Olivier Andrieu,  l'avait déjà souligné au lancement de Qwant en 2013 ;

 

« Au fait, pour un challenger de Google, ne trouvez-vous pas étonnant qu’ils utilisent Google Analytics (en plus des polices de fonts.googleapis.com) ? Quand je lis (sur Challenges) qu’il s’agit d’un moteur qui déclare être « Google free et sans cookies », je me demande si les journalistes savent ouvrir un code source pour vérifier en 30 secondes ? »  

https://www.webrankinfo.com/dossiers/autres-moteurs/qwant

 

mais nous avons voulu tout vérifier jusqu'en Avril 2019. Hélas, la réponse est oui... Quand vous lancez Qwant sur Chrome  (webarchive ne précise pas si le code source de la page d'acceuil de Qwant est mobile ou autre, parfois Lite, mais interroge toujours Qwant.com), si vous installez l'extension Qwant,c'est la catastrophe, Google capte votre IP en entier, votre géolocalisation, et tout , absolument tout ce que Google veut savoir sur vous ! Tout ce Qwant vous a juré, promis, craché … il en fait cadeau a Google, et pire, l'envoie a Microsoft publicité si l'on en croit le lanceur d'alerte... Malgré ce qu'annonce Qwant dans ses privacy (nous avons fait constaté par huissier), il est affirmé que :

Nous nous engageons aussi à tout mettre en œuvre afin de garantir la sécurité et la confidentialité des données personnelles de nos utilisateurs et notamment à empêcher que ces données ne soient altérées, effacées ou que des tiers non autorisés y aient accès. L’URL de Qwant comporte la mention HTTPS qui signale aux utilisateurs qu’ils communiquent leurs données de façon sécurisée à travers le protocole TLS. Techniquement, le TLS garantit aux visiteurs que leurs données ne peuvent être interceptées de manière frauduleuse ou accidentelle. Par ailleurs, le cadenas vert présent devant l’URL de Qwant sur la plupart des navigateurs certifie que vous êtes en train de naviguer sur un site sécurisé

https://about.qwant.com/fr/legal/confidentialite/

 

Il est notoire chez les spécialistes du web et de la sécurité numérique que le Navigateur Google Chrome envoie en parallèle toutes les données de la barre d'adresse ; Ip en entier, pose d'un cookie, mot clé dans l'url de la barre d'adresse, etc...

 

Qwant aurait du s'abstenir de collaborer avec Google Chrome, et encore moins proposer une extension qui ne sert a rien, hormis changer la page d’accueil. Ce qui est grave, c'est le texte de présentation de cette extension qui laisse croire a l'internaute que ces recherches sur le moteur Qwant ne seront jamais captées par Google...

Voici ce que Qwant écrit sur la page de Qwant pour Chrome :

« Avec Qwant, vous trouverez ce que vous recherchez sur le Web en quelques secondes à peine, sans jamais être suivi à la trace : nous ne gardons aucun historique de vos requêtes, nous ne plaçons pas de cookie ou d'autres traceurs sur votre navigateur, nous ne partageons pas de données personnelles avec des annonceurs. Nous ne le ferons jamais. Ouvrez simplement un nouvel onglet Qwant, dites nous ce que vous recherchez etc... »

 

 

L'omission est bien sur volontaire, de plus , Eric Léandri est un « spécialiste » de la sécurité informatique (...) on joue avec les mots . Avec 140 ingénieurs, la majorité des techniciens de Qwant connaissent le logiciel qualifié d'espion qu'est Chrome :

 

Faisons à nouveau l'opération et contrôle :

/̬õ$8ø‡GET /tbr?client=navclient-auto&ch=8563dcf6a&features=Rank&q=info:www.qwant.com/?q=QWANT%20offre%20vos%20donn%C3%A9es%20personelles%20a%20Google&t=web HTTP/1.1

Host: toolbarqueries.google.com

Connection: keep-alive

User-Agent: Mozilla/5.0 (Macintosh; Intel Mac OS X 10_13_6) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/73.0.3683.103 Safari/537.36

Accept: */*

Accept-Encoding: gzip, deflate

Accept-Language: fr-FR,fr;q=0.9,en-US;q=0.8,en;q=0.7

Cookie: NID=181=LbekqbLegUpgD8kMBpc7aW1diYcHmoT_7gOvwUz1j02mloQF5rZYYoZqQcjqGzBWJWxUxT83bxHHxyUFroflgllTM44xZvL2zQbSl634DlSHMaOUSjQBFcDvf4Z6hLaF-cHixbZl6QVQSyPd3HV9bcbzRFnZkpgZimmSH3HY4Vs etc...

 En faisant une extension Qwant et le texte qui l'accompagne, Eric Léandri sacrifie la vie privée de ses internautes pour alimenter les clics sur ses publicités Microsoft et alimenter financièrement ses filiales SASU... grâce aux institutions et administrations... La vie privée, c'est un business rien d'autre.

 

50% des Français utilisent Chrome, 50% des français qui vont sur Qwant croyant que leurs données personnelles seront préservées sont trompé... Google a tout capté, identifié, depuis 2017, ce qui représente des milliards de requêtes sur Qwant avec la fuite des données personnelles.

 

Mais faisons un peu plus d'analyse historique :

 

En 2013, a son lancement, Qwant n'a jamais eut l'intention de protéger les données personnelles de ses utilisateurs. Pour preuve, le code Google Analytics (celui qui capte toutes vos données personnelles (vous savez, la pub de Qwant)) étaient sur l'ensemble des pages du méta-moteur Qwant tout le long de l'année 2013, et non pas 5 minutes comme certains veulent le faire croire (Laurent Bourely SEO-copie d'écran de l'échange sur twitter).

 

Il existe un site mondial très connu des spécialistes (les vrais), qui enregistre presque toutes les pages du web et leurs modifications : https://www.archive.org . Il possède un index de 351 mille milliards de pages (10 fois plus que Google)... Merci a eux de cette ressource gratuite pour le monde entier, comme wikipédia. Donc, il est préférable d'éviter de mentir sur les historiques, web archive joue son rôle presque d'huissier …

 

« Qwant revendique la préservation des données personnelles en n’étant pas doté de système de traçage et d’enregistrement des cookies. » pouvais lire sur les communiqués de l'époque adressé a la presse : https://fr.softonic.com/articles/2013-08-01-alternatives-google-4-moteurs-de-recherche-anonymes-securises

 

Et l'on retrouve bien le code Google Analytcis sur les pages de Qwant en 2013, puis il disparaît de 2014 à 2015, puis réparait dès 2016 jusqu'a ce jour encore dans de nouvelles versions.

 

En 2016, ce n'est plus du Google Analytics mais du Google-site-vérification : <meta name="google-site-verification" content="r4ByFHdir-biedrhNgDW4BOTv4oOFHBtsg0JXXkTSf0"/>

 On se pose la question terrible :  Google-site-vérification est utilisé pour valider l'inscription et la gestion des statistiques du sites Qwant, mots clés etc dans Google Search Console. Pour que Google puisse fournir des stats, il lui faut des données...

Que fait un tel code Google dans les pages de Qwant, quelle est son utilité pour une société qui se présente a des réunion de Sécurité Numérique Nationale à l'OTAN et crie a l'anti-google dans toutes les commissions Européennes?

 

Depuis 2017, c'est un nouveau code Google qui apparaît dans Qwant : <link rel="chrome-webstore-item" href="https://chrome.google.com/webstore/detail/hnlkiofnhhoahaiimdicppgemmmomijo">

le pire, celui du logiciel espion Google Chrome et l'extension pour lui qu'a créé Qwant... Des milliards de requêtes d'internautes, au moins ceux qui ont installé Qwant, croyant selon le descriptif qu'en allant sur Qwant, ils seraient protégés...

 

 

Le code Google sur Qwant enregistré par webarchive :

Voilà, ce n'est pas un code laissé 5 minutes qui envoie l'IP et la géolocalisation et tout le reste de l'utilisateur de Qwant à Google, mais depuis des années...

 

 

 

 

Encore une fois, la France, le président, tous les élus, le ministre du numérique a aidé ce projet jusqu'au bout des ongles comme jamais :

Qwant a encaissé les clics de Microsoft publicité pour près de 30 millions depuis 2017 selon les dires de son PDG, et ce, grâce a l'administration, car sans elle, Qwant resterait dans les oubliettes. Je ne connais personne, amis, famille voisin, qui utilise Qwant , ni eux à leur tour. Demandez-vous même autour de vous, faites le bilan.
 

Nous, professionnels du web, en tout cas moi, on ne se laisse pas tromper indéfiniment. Lorsque Qwant et son PDG s'exprime dans les médias, on est un peu interloqué, car pour la plupart des pros du web, le « bonimenteur » prête a sourire, « un amateur qui sait juste embobiner »,  mais parfois, on le prend pour soi, et on se dit qu'on est pris pour des idiots, cela nous blesse. Comme la France va se sentir blessée après ces révélations.

 

On ne joue pas avec la France, on embarque pas le besoin national de développer le numérique dans une... je n'ai pas de mots pour qualifier l'ensemble des faits. Et il faudrais que la France investisse encore 100 Millions selon Eric Léandri ... (http://www.editionmultimedia.fr/2019/04/08/tout-en-justifiant-son-soutien-a-la-directive-copyright-qwant-prepare-une-grosse-levee-de-fonds-et-vise-la-bourse/ )

 

Entres mensonges, abandons, ou manipulation par omission, l'ensemble de ces faits se rapprochent dangereusement de cette jurisprudence, si ce n'est déjà le cas, mais je ne suis pas juge.

 

L’article 313-1 du Code pénal définit le délit d’escroquerie comme le fait de tromper une personne par l’emploi de manœuvres frauduleuses afin de la déterminer à remettre des fonds à son préjudice.

Jurisprudence de La Cour de cassation qui ajoute ainsi au titre de l’escroquerie tout agissement cultivant le risque de confusion dans l’esprit d’une personne ou bien toute erreur sur l’identité du cocontractant, et des services qu’il fournit.

Nous avons de vraies pépites dans la French tech et ailleurs en France, il y a des brebis galeuses comme partout dans tous les pays, cela ne doit pas relâcher nos efforts, ni en vouloir aux élus, l'aspect technique est assez pointu et surtout facilement occultable pour des non spécialistes, et même parfois par ces derniers.

 

En réponse a l'allusion personnelle d'Eric Léandri dans sa vidéo avec Laurent Bourrelly  je signe … « le mec... »

 

Marc Longo

 

 

 

PS : vu la charge de travail que tout cela représente, merci de ne pas prendre en considération les fautes non corrigées et les mauvaises tournures, nous travaillons déjà près de 100h sur d'autres projets, le temps manque... on a vraiment d'autres choses (sympa utiles) à faire, mais là, il fallait le faire je crois ?... merci de vôtre compréhension.

 

Cette diffusion n'est pas pour le moment publique, juste aux élus du Sénat et de l'Assemblée Nationale, et a quelques médias.